Catégories
Non classé

Edouard d’Espalungue : “L’hydrofoil Candela C-8 inaugure une nouvelle ère de navigation électrique silencieuse et rapide.”

Le nouvel hydroptère C-8 de la société suédoise Candela fait passer l’ingénierie nautique à un autre niveau. Edouard d’Espalungue nous en parle.

La société suédoise Candela est l’un des leaders de la construction de bateaux électriques. La spécialité de Candela est la conception d’hydrofoils, un type de coque qui réduit considérablement la friction – et donc la consommation d’énergie – ce qui en fait un outil idéal pour les bateaux électriques de toutes tailles. L’entreprise, basée à Lidingö, l’une des 24 000 îles de l’archipel de Stockholm, propose actuellement quatre produits phares : le taxi aquatique P-12, le ferry de proximité P-30, le bateau de plaisance C-7 et son descendant plus sophistiqué, le C-8.

Le C-7 a marqué l’introduction du système de propulsion C-POD de Candela, un mince moteur électrique en forme de torpille logé à l’extrémité de l’hydrofoil arrière du bateau. Conçu pour ne nécessiter aucun entretien et offrir un très haut niveau d’efficacité énergétique, le moteur à transmission directe alimente deux vis contre-rotatives qui propulsent le C-7 à des vitesses pouvant atteindre 30 nœuds. Il est associé à un système de double hydrofoil rétractable qui soulève le C-7 hors de l’eau, réduisant ainsi la consommation d’énergie jusqu’à 80 % pour donner au bateau électrique une autonomie impressionnante d’environ 80 km.

“Le C-8 pousse l’ingénierie à un autre niveau.”

Alors que le C-7 a un look classique, presque vintage, de bateau à moteur, le C-8 est une affaire beaucoup plus contemporaine. Le Daycruiser de 8,5 m a une coque profonde qui contient une cabine spacieuse pour se détendre et se coucher. Il y a de la place pour huit personnes assises sur le pont, avec une version à toiture rigide en option si vous avez besoin d’un transport par tous les temps.

Au-delà de 16 nœuds, lorsque le C-8 est perché sur ses hydroptères dans leur position la plus allongée, un ensemble de logiciels et de capteurs sur mesure travaillent d’arrache-pied pour assurer la fluidité et la stabilité de la navigation. Ce système de contrôle de vol s’apparente davantage à la suite aéronautique d’un avion léger, modifiant le profil des ailes sous-marines et du C-POD pour des changements de direction en douceur, quelles que soient les conditions de mer et de météo. En plus de ne produire aucune émission et de fonctionner silencieusement, les bateaux à hydrofoils laissent un sillage minimal.

Bien que le C-8 soit en pré-production, l’entreprise a déjà pris une centaine de commandes. Les premières livraisons sont prévues pour le deuxième trimestre 2022.

L’objectif à long terme est de mettre la technologie à l’échelle et d’amener le combo hydroptère/pode à des applications commerciales. Candela rappelle que le transport maritime est responsable de 4 à 5 % des émissions mondiales de CO2 – pensez aux ferries régionaux qui dégagent de la fumée et à l’odeur nauséabonde qui imprègne la plupart des ports. Les villes qui dépendent du trafic maritime, comme Venise et Amsterdam, s’efforcent d’éliminer progressivement le moteur diesel ; dans ces endroits, les C-7 et C-8 constituent un moyen de transport privé parfait. Toutefois, les véritables économies seront réalisées par des navires plus grands. La région de Stockholm a chargé Candela de construire le ferry P-30, une navette sur mesure de 11 m destinée à l’archipel de la ville. Prévus pour entrer en service l’année prochaine, les premiers navires auront une capacité de 30 passagers (d’où leur nom).

Bien que l’entreprise estime que sa technologie d’hydrofoil pourrait à terme accueillir jusqu’à 300 passagers, elle souligne que même une flotte de navires plus petits, comme le taxi aquatique P-12 proposé, serait plus rapide, plus silencieuse, plus propre et moins chère qu’un grand ferry polluant. Bien que le C-8 soit fermement destiné aux propriétaires d’îles suédoises fortunées, la technologie de Candela mérite d’être diffusée à un public beaucoup plus large.

Pour en savoir plus sur Edouard d’Espalungue, cliquez ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.